*** News ***

18. juin, 2018

"Le nom d’une plante est souvent donné pour honorer la mémoire d’un botaniste. C’est le cas du dahlia, dérivé de celui d’Anders Dahl.

Le dahlia est originaire du Mexique et les Aztèques le cultivaient déjà sous les noms d'« acocotli » ou « chichipatli ». Toutes les parties de la plante étaient utilisées. Les tubercules étaient consommés pour leurs apports nutritifs, le feuillage donné au bétail et les fleurs aux coloris vifs ornaient les coiffures des dames."

Les colliers "Dalia" de Cristilya ont cette prétention de tenir dans le temps et d'avoir plusieurs fonctions : ils agrémentent vos tenues, les perles sont colorées et elles mettent en avant "un fait-main" rempli de savoir-faire.

"Il faut alors attendre 1789 pour que les premiers dahlias soient vraiment introduits sur le vieux continent. [...] Au cours du XVIII ème siècle, les botanistes sont convaincus que les tubercules de dahlia peuvent avantageusement se substituer à la pomme de terre, qui constitue alors la base de l'alimentation. [...] Le dahlia est donc considéré au jardin comme plante potagère, mais le peuple, le trouvant trop indigeste, n’en veut pas. [...] Bien vite, le dahlia gagne les jardins de la Malmaison, le domaine aménagé par Joséphine de Beauharnais. Ce serait cette grande passionnée de végétaux qui l’aurait élevé au rang de fleur d’ornement, mettant un terme aux essais potagers."

Comment ne pas faire un parallèle sur l'histoire du verre, sur sa résistance au temps, sur sa magie de couleurs et de formes....

Le collier "Dalia" de Cristilya, c'est un monde d'intemporalité où le bijou s'intalle dans le temps et fusionne avec le verre, la vie.

Un monde de couleurs, de chaleur, d'authenticité.

Des Créations authentiques qui ne se figent pas dans les époques ou les modes ... L'Univers Cristilya... Clin d'oil

 

Pour les news : www.cristilya.fr

Pour se faire plaisir : www.ungrandmarche.fr/boutique/cristilya

Si questions ou demandes spécifiques : cristilya@hotmail.com

Source : https://www.jardipartage.fr/dahlia-fleur/

1. juin, 2018

Pour la 1ère fois en France, une exposition retraçant 3500 ans d'histoire(s) des perles de verre à travers les collections de Pascal Guégan, Guy Maurette et Márcia de Castro, Caroline Rousselet et les oeuvres de Nathalie Crottaz, Marie-Hélène Fabra et Hélène Launois.
Venez admirer des pièces jamais exposées au public. Entrée gratuite !

Les 9, 10 et 11 juin 2018 - 4 impasse du Bourdonnais 75001 PARIS

 

LE BEAU ET LE FAUX
35 siècles d’histoire(s) des perles de verre

 Beau. Adjectif. Qui fait éprouver une émotion esthétique.
 Faux. Adjectif. Qui n'est pas ce qu'il veut paraître (en trompant délibérément).
 
     "Depuis l’aube des temps, la perle accompagne la vie de l’Homme. Il y eut, d’abord, les différentes matières dures animales (coquillages, os, dents...), la pierre, le bois, la graminée, la céramique… puis arriva le verre, « inventé par hasard » par les potiers ou les métallurgistes mésopotamiens, il y a plus de quatre millénaires.  


     La perle fut parmi les premiers éléments fabriqués dans ce nouveau matériau.
     Ce petit objet troué que l’on peut enfiler sur un brin, que l’on porte sur tout le corps, qui orne les vêtements, tour à tour détenteur de forces magiques, protecteur du mauvais oeil, révélateur du niveau de richesse, du statut matrimonial et de la classe sociale de celui qui le possède et qui le porte toute sa vie durant, de la naissance à la mort et parfois jusque dans l’au-delà.  


     Une des fonctions premières de la perle a toujours été de magnifier le corps, de révéler sa beauté, de mettre en valeur un visage, un cou, une peau satinée, un sourire, une courbe gracieuse. Elle est un véhicule du bonheur agissant comme un aimant qui attire ou qui attise. La perle se doit donc d’être belle. Et la perle de verre est belle car le verre est magique de par sa transparence, son éclat, ses couleurs chatoyantes.  
 
     L’apparition du verre, fils du feu et du sable, fut une véritable révolution. Dès le IIe millénaire avant notre ère les artisans d’Egypte ou de Syrie (Ougarit) fabriquent des perles en verre et en matières vitreuses imitant les matériaux rares et précieux comme le lapis lazuli, l’ambre, l’agate, le cristal de roche ou la turquoise.

     Le verre est alors un matériau de grande valeur, aussi précieux que l'or nous dit la Bible.
    Dès l’Epoque hellénistique (323 à 30 avant notre ère), les perles en verre à feuille d’or sont un substitut au précieux métal.


     Sous l'Empire romain le verre utilisé en bijouterie devient un produit bon marché. Il est encore plus intéressant d'imiter les matières précieuses, les perles fines ou l’agate pour les intailles.  


     A la Renaissance, des édits sont promulgués pour limiter les imitations de gemmes que patenôtriers et émailleurs réalisent massivement pour les chapelets et les parures.


     La conquête de nouvelles terres change la donne : inutile d'imiter l'or avec du verre puisqu'on peut en obtenir contre des perles de pacotille. L'Afrique subsaharienne connait très peu le verre, l'Amérique l'ignore. Les perles de verre sont troquées contre les métaux précieux, l’ivoire, les fourrures et les esclaves. C'est l'échange commercial le plus inégal que l'on connaisse. La tromperie est manifeste.


      Vers 1675 les Anglais inventent le cristal au plomb d’une grande pureté puis Georges Frédéric Strass crée le faux diamant (strass).


     Les « perles d'imitation » sont une spécialité française reconnue internationalement depuis le XVIIe. s. On les appelle "fausses" par opposition aux perles fines ou perles de culture : "faux pearls" en anglais.


     Au XIXe s. la production de masse n'empêche pas l'imitation. Les perles de verre prennent l’aspect des matières naturelles : corail, ambre, cornaline, écaille, vertèbres de serpent...
     Coco Chanel revendique le faux : « Mes bijoux sont très faux et très beaux. Ils sont même plus beaux que les vrais." Perle fine, rubis, topaze, émeraude, améthyste ne sont qu’imitations de verre.   
 
 
     Sous les doigts agiles du verrier face à son four ou son chalumeau, la pâte visqueuse, incandescente comme de la lave volcanique, se plie aux caprices de la création humaine pour devenir perle enroulée, étirée, soufflée, pressée ou moulée. Perle monochrome ou décorée de mille couleurs, de mille traits, de mille motifs comme autant de langages, vocabulaire ethnique, social, amoureux.


     La fiorata vénitienne rehaussée d’aventurine aux reflets d’or, la millefiori mosaïquée aux innombrables dessins colorés, la rosetta aux diverses couches meulées révélant les douze pointes de sa structure et la perle d’imitation iront embellir le cou élancé de la cantatrice européenne des années folles, celui du notable ashanti sur la côte africaine ou du roi bamiléké dans un village des hauts plateaux de l’ouest camerounais.


     Les perles monochromes fabriquées en Inde, en Bohème, à Venise ou à Briare, perles industrielles étirées, moulées, pressées, telle la chenille devenant papillon, révèleront leur beauté magique en s’assemblant en grande quantité. Elles formeront une multitude de colliers superposés enserrant le cou de la jeune fille turkana au Kenya, affirmant sa grande séduction pendant les fêtes tribales.


     Fabriquée en centaines d’exemplaires ou œuvre unique, la perle de verre s’impose à nous par son jeu de formes, de couleurs, de lumières. Traversant les aléas du temps, elle garde secrètement tout son mystère et sa noblesse. C’est pour tout cela que nous l’aimons jalousement et que nous la possédons égoïstement.
 
     Par sa beauté elle nous fascine, elle nous possède et même, parfois, elle nous trompe…"

Source : L'âge de Verre - https://ageduverre.com

 

22. mai, 2018

"Jean-François BALLY / Couturier - Créateur"
7 rue de la Herse
68000 Colmar.
0620530110

www.jeanfrancoisbally.com

www.cristilya.fr

13. mai, 2018

L'année dernière, deux jeunes filles accompagnées de leur maman sont venues voir mon stand. Elles ont été charmées par mes bracelets et les perles en verre à gros trous qui les ornées.

Elles m'ont raconté qu'elles souhaitaient faire un cadeau à leur grand-mère et entre autre des perles Pandora* mais la moins chère qu'elle avait trouvé était à 45 euros. Elles ont "tiqué" sur mon travail. Il est vrai que les perles Cristilya sont faites avec les mêmes techniques que celles plus connues en verre transparent.

Elles m'ont suggèré d'en faire plus et de couleurs différentes et qu'elles préféraient en acheter 2 ayant la qualité du fait-main artisanal. Un générique en fait, avec tous les matériaux nobles : Verre de Murano et Argent 925 et une forme et couleur différentes.

Fabrication : Après avoir formée la perle en verre de Murano sur un mandrin de 5mm recouvert de séparateur, je lime et nettoie l'interieur de la perle. Mes oeillets en argent 925 viennent des Etats-Unis car je ne les trouve pas en France. Je colle deux oeillets en Argent 925 de chaque côté .... Elle sont prêtes à l'emploi ! Sauvage

Les perles dont les trous sont assez grands, peuvent être adaptées à des bracelets Pandora*. Il est également possible, afin de diversifier votre bijou, d'orner les bracelets en vente dans la boutique Cristilya, de perles et breloques d'autres marques plus connues.

* Marque appartenant à des tiers

Pour se les offrir, c'est tout simple on clique sur les liens ci-dessous et on se fait plaisir :

www.etsy.com/shop/cristilya

www.ungrandmarche.fr/boutique/cristilya


Pour me suivre :
www.facebook.com/cristilyacreations
www.pinterest.com/cristilyacreations
Instagram : @cristilyaco

Et sinon pour me joindre : cristilya@hotmail.com

 

9. mai, 2018

Perles Cristilya "grands trous" à Pandorer ! Fabrication alsacienne

Base en verre de murano filé au chalumeau, agrémentée de 2 oeillets en argent 925 - Une perle qui n'a pas a rougir de ses qualités - S'adapte aux bracelets Pandora, marque qui appartient à des tiers.


Des Créations authentiques qui ne se figent pas dans les époques ou les modes ... L'Univers Cristilya...

Pour les news :    www.cristilya.fr

Pour se faire plaisir :      
www.etsy.com/shop/cristilya
www.ungrandmarche.fr/boutique/cristilya

Pour me suivre :  www.facebook.com/cristilyacreations
www.pinterest.com/cristilyacreations
Instagram : @cristilyaco